Les nouvelles énergies de la mobilité

Nous sommes plus de 7 milliards sur la planète. Le transport est d’autant plus important que le nombre de la population mondiale augmente. Que ce soit des hommes ou des produits, les échanges prennent une plus grande place dans le monde. Or, on a besoin d’énergie pour faire fonctionner les engins de déplacement. Cependant, le tarissement des ressources non renouvelables se fait ressentir.

D’ailleurs, leur prix ne cesse d’augmenter au fil du temps et leur impact sur l’environnement menace l’humanité. La recherche de nouvelles énergies de la mobilité est donc inévitable. En effet, la découverte de nouvelles énergies comme les ressources renouvelables contribue, en grande partie, à la conservation de la biodiversité et de notre planète. Toujours dans le cadre de la conservation de la nature, une innovation des moyens de transport dans les zones urbaines est suscitée pour un meilleur environnement. En effet, en avançant dans ce sens, nombreux sont les avantages qu’engendrent cette réforme.

La mobilité en ville, un problème grave

Se déplacer en ville est devenu un vrai calvaire pour la population. En effet, les réseaux routiers sont devenus saturés. Le nombre de voitures devient plus important par rapport aux infrastructures routières. On compte plus de 38 millions de véhicules en France et l’extension des routes est limitée dans l’espace. Les embouteillages  sont les conséquences directes de ces faits. En moyenne, un automobiliste parisien perd 64 heures par an dans les embouteillages. Et même si cette durée diminue pour les autres villes, elle prend encore une part importante : 28 heures par an pour Bordeaux, Lyon ou Marseille, 26 heures par an pour Nantes, Toulon, Strasbourg. Cette situation provoque des pertes économiques pour le pays.

Selon les estimations, la perte annuelle est évaluée à 20 milliards d’euros pour les entreprises et pour les autres professions à cause des retards de livraison, des pertes de clients, etc. D’autre part, la pollution pèse de plus en plus sur l’environnement. D’abord, il y a la pollution sonore provoquée par les bruits des moteurs et des klaxons, mais surtout la pollution de l’environnement par les gaz à effet de serre dégagés par les véhicules. Des réformes au niveau des moyens de transport et la recherche de nouvelles énergies de la mobilité sont donc indispensables. D’ailleurs, l’industrie automobile fait des investissements importants sur ce point.

La mobilité électrique

Les voitures électriques apparaissent petit à petit sur les routes. Même si on est encore dans les phases de transition, l’énergie électrique sera la nouvelle énergie de la mobilité pour demain. En effet, seulement 0,1% des voitures qui circulent roule avec l’électricité. Le reste fonctionne encore avec des carburants pétroliers. Néanmoins, la production d’électricité augmente de jour en jour. Les sources d’énergie pour produire de l’électricité sont de plus en plus nombreuses. L’usage des véhicules électriques offre plusieurs avantages. D’une part, ils n’émettent pas de pollution sonore, car ils sont très silencieux. D’autre part, il n’y a pas de dégagement de CO2.

  • L’énergie solaire

Les cellules photovoltaïques permettent de transformer le rayonnement solaire en électricité. Avec une simplicité et une fiabilité, cette technologie ne demande pas de combustible. Elle ne produit ni de pollution sonore ni de pollution aérienne. D’ailleurs, produire de l’électricité en ville est possible par l’énergie solaire photovoltaïque. Or, c’est là que la demande est la plus élevée. L’énergie solaire est donc une énergie qui a un fort potentiel devant lui. Des prototypes de voitures qui fonctionnent avec l’énergie solaire existent comme la voiture SCV-4 de Kyocera. Elle a une vitesse maximale de 130 km par heure si on utilise les batteries. Il y a également la Sunraycer. Une voiture expérimentale qui peut rouler à une vitesse de 40km par heure et se sert des photopiles pour la recharge de ses batteries.

  • L’hydrogène

La voiture à hydrogène ou voiture à pile à combustible est une nouvelle technologie qui tire de l’énergie à partir de l’hydrogène pour produire de l’électricité. La pile est constituée de deux électrodes qui sont l’anode et la cathode. Un électrolyte sépare les électrodes. L’hydrogène est utilisé pour charger l’anode et la cathode est chargée en oxygène provenant de l’air. Les molécules d’hydrogène sont ionisées en donnant des ions H+ dans l’anode qui circuleront dans le milieu conducteur c’est-à-dire l’électrolyte et les électrons, de leur part, vont se déplacer dans le circuit extérieur pour donner de l’électricité. Cette réaction produit également de l’eau et de la chaleur. La pile à combustible permet de conserver plus d’énergie par rapport à une batterie classique.

Les gaz naturels

Les gaz naturels pour véhicules sont les gaz carburants utilisés dans la mobilité. Il y a deux types : le gaz naturel comprimé et le gaz naturel liquéfié. Le gaz naturel comprimé est utilisé pour les voitures légères, mais peut être utilisé pour les poids lourds. Le gaz naturel liquéfié est, cependant, destiné pour les camions qui parcourent de longues distances.

Même si ces gaz naturels sont issus d’énergie fossile, la pollution qu’ils dégagent est en-dessous des normes. Les véhicules qui roulent avec les gaz naturels sont plus silencieux. Les voitures diesel sont par exemple deux fois plus bruyantes que celle qui utilise le gaz naturel.

Les deux roues, un choix plus économique face à la crise d’énergie

Face à la crise de l’énergie, économiser est également une option intéressante. En effet, en roulant avec des deux-roues, on économise à la fois du temps et de l’argent. D’une part, ils se faufilent facilement dans les embouteillages. D’autre part, ils consomment moins d’énergie que les automobiles.

Adieu le stress des bouchons. D’ailleurs, des modèles électriques de deux roues sont déjà sortis. Ils respectent l’environnement en évitant toute forme de pollution que ce soit sonore ou aérien. Toutefois, il faut faire attention, car les risques d’accident augmentent quand la proportion des deux roues augmente sur les routes. De plus, les dégâts sur le conducteur sont plus graves lors d’un accident avec un deux roues qu’avec un 4 roues. C’est un facteur à prendre en compte.

De nombreux investissements sont faits dans les nouvelles énergies de la mobilité. L’objectif est d’arriver à une mobilité durable, c’est-à-dire qui respecte l’environnement actuel et assure un héritage préservé aux générations futures.

Rejoignez notre communauté sur www.weev.fr !

N’oubliez pas de nous suivre sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, Linkedin:  @WEEVFR), nous postons constamment de nouveaux contenus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :